Mermay et 1day1animal

En Mai, je combine 2 challenges de dessin : Mermay et 1day1animal. Le dessin du 1er Mai correspond au 100ème animal : le Flétan. Heureux hasard d’avoir un poisson ce jour-là : promis ce n’est pas fait exprès !

Idées de dessins, références et composition

Qu’est-ce qu’on fait avec un flétan ? Ce n’est pas le poisson le plus mignon de l’océan, il est assez terne et plat (haha)… Une sirène flétan – puisque c’Est le sujet de Mermay – aurait vite pu tourner au drame. De plus les recherches de références sont assez tristement axées sur le flétan comme plat principal… Pour trouver des images cet immense poisson dans son milieu naturel il faut ruser un peu.

Flétan pêché en Alaska
C’est gros le flétan

Au départ j’ai pensé à utiliser le camouflage dans le sable avec plusieurs poissons autour de la sirène mais les compos ne me semblaient pas très efficaces. J’ai opté pour un duo en voyage vers l’infini et l’au-delà, sur un joli fond sablonneux qui me permettrait d’utiliser un dégradé jaune / bleu que j’aime faire.

Flétan camouflé sur le fond sableux
Flétan camouflé sur le fond sableux

Encrage de Mermay

J’ai encré le flétan et sa sirène à la plume et à l’encre brune.

La plume me permet d’avoir une plus grande souplesse dans l’épaisseur du trait que le stylo plume Lamy que j’adore par-dessus tout. Cependant le stylo plume reste relativement rigide. En contrepartie l’utilisation de la plume a 2 inconvénients :

  1. C’est plus fastidieux car il faut la recharger régulièrement. Il faut être minutieux et éviter de se lancer sur une grande envolée sans recharge d’encre. Sinon on sèche en plein milieu et cela peut faire des petits accrocs dans une belle ligne.
  2. La plume dépose plus d’encre sur le papier, il faut donc faire très attention à ne pas gommer trop vite ou mettre la main sur le trait qui sèche. Gare aux bavures !

L’illustration à l’aquarelle

J’ai travaillé avec les aquarelles Kuretake encore une fois – dans un mode plus léger avec des couleurs plus diluées. Pour les reflets de lumière au fond de l’eau ainsi que les points blancs sur la sirène j’ai utilisé de la gomme de masquage. Ce sont les traits en bleu ci-dessous. Voir la liste de matériel.

Détail de ma peinture du flétan et sirène à l’aquarelle. J’ai utilisé des tons ocres, bruns et verts pour rappeler le fond sableux et la couleur du poisson . La robe peut varier grandement entre les individus d’ailleurs.

La peinture encore fixée à mon bureau avec du papier collant de masquage. Cela évite à la feuille de se déformer sous l’effet de l’eau. Je facilite ainsi le passage au scanner ainsi que l’encadrement pour les heureux futurs acquéreurs 🙂

L’illustration aquarelle finale : Un flétan et sa sirène sur un fond sablonneux, on peut sentir l’eau peu profonde et le soleil au-dessus de la mer. Je suis heureuse d’avoir réussi à combiner les deux challenges Mermay et 1day1animal pour cette première journée.

Une petite erreur d’illustration !

En revérifiant mes références, je m’aperçois que je me suis trompée sur le sens de la bouche du poisson. Ce qui en fait plutôt un poisson de la famille des limandes. Les poissons plats sont divisés en 2 groupes, ceux dont le côté gauche du corps est vers le haut (sénestre), et ceux dont le côté droit du corps est vers le haut (dextre). Et voilà, si vous avez lu jusqu’au bout vous avez sûrement appris deux nouveaux mots. Enfin, vous pouvez en savoir plus sur leur formation et notamment la migration de l’oeil en lisant l’article Wikipedia.

Arrow Crab – Aquarelle Etape par étape

Dans le cadre du challenge de dessin #1day1animal, je réalise chaque jour, ou presque, une aquarelle animalière suivant une liste établie à l’avance. Voici le détail étape par étape de la 79ème peinture : le crabe araignée.

Exemple de mise en scène plus rapide sur le requin zèbre.

Je réalise souvent des images assez rapides, parfois l’animal uniquement et parfois j’utilise des astuces pour les représenter de manière plus simple. Selon l’inspiration, l’envie et l’emploi du temps, chaque composition est différente.

Cadrage large pour l’urial = gain de temps

Croquis préparatoires

Le crabe araignée n’était pas simple à aborder, la forme est très aérienne et fine, comme une petite architecture crustacée. J’ai commencé à crayonner des crabes et de minuscules sirènes.

croquis préliminaires de crabe araignée avec sirènes

Dans ces essais j’ai fait un petit terrarium/aquarium dans lequel les crabes s’occupaient des algues

Cette idée me plaisait beaucoup plus, donc je suis passée sur des compositions plus larges et le jardin sous-marin s’est imposé tout seul.

Croquis définitif

J’ai ensuite reproduit le croquis sur un papier plus épais, le Canson Aquarelle. Je détaille tout mon matériel dans cette page

Croquis au crayon sur papier aquarelle

Encrage de l’illustration

Je voulais ajouter beaucoup de détails sur cette illustration pour lui donner une atmosphère studieuse de jardinage intensif. Il ne fallait pas une jungle mais plutôt un jardin à la française. J’ai mis beaucoup de temps à me décider à entamer l’encrage. Je savais que cela me prendrai un peu plus de temps et j’avais besoin de le faire en une seule session.

Encrage des crabes araignées au jardin

Peinture aquarelle

Enfin, quelques jours après j’ai attaqué la couleur de l’illustration à l’aquarelle en plusieurs étapes également. J’ai utilisé les aquarelles Kuretake. J’ai commencé par le fond bleu puis j’ai dégradé les plans de sol du bleu vers le jaune du sable. Ensuite j’ai peint les détails végétaux, les anémones, les algues.

J’ai terminé par les crabes avec un rouge plus vif, puis les ombres en violet et bleu. J’évite toujours les ombres noires pour éviter de ternir mon image.

Voici quelques détails de l’illustration à l’aquarelle, l’image est un carré de 23 cm de côté.

Et l’illustration scannée et réglée avec photoshop. J’ai rédigé un article des étapes du scannage et des réglages sur cette page.

Crabes araignées au jardin – image finie

Ces images bien détaillées sont agréables à réaliser et même s’il est possible de faire des erreurs à chaque étape, si le processus se déroule correctement, le résultat peut-être très satisfaisant.

Challenge de dessin : #1day1animal

Depuis fin janvier, je dessine des animaux dans le cadre du challenge de dessin #1day1animal que j’ai créé. J’ai décidé de dessiner un animal par jour pendant le plus longtemps possible, actuellement ma liste va  jusqu’en mai 2019. La liste contient 490 espèces d’animaux à dessiner. Je me suis servie de la liste des animaux disponible sur wikipedia – en anglais. J’ai également choisi de réaliser ces dessins sur un format autour du A5, parfois plus, parfois moins. Toutes les images sont à l’aquarelle.

Les premiers animaux de janvier 2018

Nous arrivons autour du 100ème animal et voici quelques retours sur cette aventure dessinée.

Pourquoi se lancer dans un challenge de dessin ?

Dans un premier temps cela répond très vite à la question : « qu’est ce que je dessine aujourd’hui ? » – j’aime dessiner pour moi et j’ai un léger syndrôme du collectionneur donc voir des séries de dessins se compléter est assez gratifiant.

Tous les animaux de février : la satisfaction d’un travail terminé

Ensuite cela fournit une belle somme d’originaux à proposer sur ma boutique en ligne, certaines images ont d’ailleurs été réservées avant leur mise en vente officielle, ce qui est très flatteur et plutôt satisfaisant également. Les tarifs varieront entre 80 et 150 euros par dessin.

Enfin et surtout, cela me permet de progresser régulièrement et de m’améliorer dans plusieurs domaines :

  • L’aquarelle, je peux aussi tester plusieurs marques
  • Le dessin de certaines espèces plus difficiles à aborder comme les félins ou les insectes
  • la composition et la recherche de solutions graphiques pour ne pas stagner dans la boucle du 1 animal de profil + 3 brins d’herbe.
Sortir de sa zone de confort et éviter le profil facile du requin tigre

Quelles sont les difficultés dans un challenge de dessin

Le tout premier est la gestion du temps et de la motivation. Après 3 mois de challenge, j’ai quelques animaux de retard sur ma liste d’avril. Il suffit de prendre un week-end pour que la liste se décale. J’ai terminé hier le Crabe araignée du 10 avril par exemple.

Le crabe araignée en date du 10 avril, crayonné le 11 avril et peint à l’aquarelle le 28.

Pour palier à ce problème j’ai décidé de prioriser les animaux du jour plutôt que de rester sur un blocage artistique. Par exemple le dodo me pose problème, je vais passer au python qui est le suivant sur la liste. Cela permet de ne pas rester bloqué sur un manque d’inspiration.

Les dessins du mois d’avril à différents stades de crayonné et d’encrage

Parfois je dessine au crayon plusieurs animaux d’avance pour gagner un peu de temps, je peux aussi en faire passer par certains stades et les mettre en pause avant la mise en couleur finale. Sur avril il me manque actuellement 12 animaux sur 30. J’en ai 3/12 qui sont des croquis et le reste que je n’ai pas du tout abordé.

Quels sont les avantages de participer à un challenge de dessin

Se forcer à sortir de sa zone de confort est primordial. En prenant une longue liste et en la disposant de manière aléatoire, je dessine des choses qui ne me seraient pas venues naturellement. Qui aime dessiner des punaises de lit ? Personne et pourtant j’ai appris en faisant le portrait de cette affreuse bestiole.

Les dessins d’avril : punaise de lit, fourmilion, termite et cafard ne sont pas des animaux que je dessine habituellement.

Agréger une communauté : le challenge est public et tout le monde peut y participe. J’ai découvert de nouveaux auteurs et peintres de talent, et la création d’un nouveau mot-clef attire toujours un public différent. C’est une occasion de mettre en avant le travail de tous et d’échanger avec de nouvelles personnes. Voici quelques auteurs qui ont fait le challenge :

Il y a vraiment une belle petite équipe qui se forme et on peut suivre le hashtag sur instagram : https://www.instagram.com/explore/tags/1day1animal/ 

Sur Twitter aussi une petite communauté s’est groupée autour du thème

https://twitter.com/hashtag/1day1animal?src=hash

Une des illustrations préférées du public sur instagram : le cerf

En dehors de la progression en dessin et en peinture c’est donc un but plutôt social qui anime un challenge de dessin.

Encrage à la plume qui me servira pour Inktober
Version couleur du buffle d’eau.

Les autres challenges de dessin

Il existe de nombreux challenges de dessin dont je reparlerai certainement plus tard dans d’autre billets. Vous connaissez sûrement déjà Inktober qui a lien en octobre et qui a été créé par Jake Parker.

En mai c’est le challenge Mermay qui dure pendant un mois autour du thème des sirènes. Je vais tenter de combiner les 2 challenges soit sur l’ensemble du mois soit sur les jours qui impliquent de la vie aquatique, il y en a 8 en Mai.

La liste de thèmes officielle de Mermay 2018
La liste #1day1animal de Mai

Participer à des challenges de dessin, que ce soit régulièrement sur une longue période ou épisodiquement, devient rapidement addictif. C’est utile pour l’illustrateur sur plusieurs plans : la régularité, la pratique, la construction d’une fanbase et l’intégration dans une communauté.
Je vous encourage à participer régulièrement à ces activités sociales autant que créatives, une fois par jour, une fois par semaine, pendant un mois ou un an : c’est vous qui choisissez. L’essentiel étant de se fixer des objectifs atteignables pour éviter la frustration.

Bons challenges  !

Création d’une illustration pour les droits des enfants

Étude de cas : créer une illustration aquarelle pour un collectif

En mars 2017, j’ai été contactée par email pour réaliser une illustration aquarelle dans le cadre d’un recueil collectif illustré de la déclaration universelle des droits de l’enfant illustrée. Ce livre a été publié le 20 novembre 2017 aux éditions du Chêne. Il a fait l’objet de plusieurs articles dans la presse.

Il existe en plusieurs formats avec notamment le format poche à seulement 2,90 euros : à mettre entre toutes les petites mains !

Le brief est simple : « Choisir un article et l’illustrer »

Tous les auteurs qui participent choisissent donc sur un fichier commun le ou les articles qui lui conviennent et qui l’inspirent. Je travaille aux côtés de plusieurs grands noms de l’illustration jeunesse et de l’animation ou du character design comme Maël Gourmelen, Yrgane Ramon, Rebecca Dautremer, ou Gérald Guerlais qui coordonne également cet ouvrage.

J’ai de l’expérience dans le domaine des collectifs illustrés puisque j’en ai dirigé plusieurs (Artbooks CFSL, Magnitude 9, Gorilla Artfare) et j’ai également participé à beaucoup de ces ouvrages (Artbooks CFSL, Totoro Forest Project, In Danger). Je sais donc que le timing est crucial : si l’un des auteurs est en retard c’est tout le livre qui risque d’être reporté.

Je décide alors de créer une illustration à l’aquarelle, c’est la technique qui me plaît le plus en ce moment et sur laquelle je passe le moins de temps pour deux raisons principales :

  • une fois que le dessin est posé la couleur se fait en une seule session
  • je ne peux pas refaire indéfiniment mon dessin, je dois donc être efficace et contente du résultat du premier coup.

Les étapes du travail d’illustration pour une commande

Le travail se fait en 4 étapes pour la production :

1 – Choix de l’article – Le droit aux loisirs pour moi.
2 – Crayonné et validation
3 – Mise en couleur et validation
4 – Livraison

Il y a aussi les étapes administratives qui s’intercalent dans le planning mais nous travaillons pour un éditeur installé avec une équipe efficace donc tout est bien calé :

1.a – réception relecture et signature du contrat
2.a – envoi de la facture
4.a – paiement
5 – réception des exemplaires du livre prévus au contrat

La production de l’illustration à l’aquarelle

Une fois l’article choisi, j’ai besoin de réfléchir à la mise en scène de mon image. Je sais que je veux amener plusieurs idées :

  • le mouvement, l’activité physique
  • des couleurs vives et joyeuses
  • une idée de fun, d’amusement
  • des filles et des garçons
  • des jouets et des animaux

À cette période, mon fils commence à découvrir les parcs pour enfants, les jeux et surtout surtout une passion naissante pour les toboggans aka GOGAN MAMAN ! C’est donc une inspiration naturelle et je me décide pour un toboggan géant. Je fais plusieurs tests de thumbnails et vues de toboggans : de profil, de dessus, de loin mais rien n’est vraiment assez dynamique.

Les Thumbnails ou Vignettes d’illustrations 

Ce sont de très petits croquis très rapides qui me permettent de voir très vite si une idée est bonne ou pas, comment elle se place par rapport au format, ce qui passe ou non. Pas besoin de faire de détails, des lignes simples et des bonhommes batons suffisent à me donner une idée précise de ce que sera mon image. J’encourage toujours mes étudiants en illustration à produire de nombreuses vignettes pour ajuster une composition et un cadrage plutôt que de refaire 50 fois un croquis grand format. Cela réduit beaucoup la frustration également 🙂

Après ces vignettes, je suis assez convaincue par le toboggan tournant mais avec une vue rapprochée qui donnera l’impression que le toboggan est très grand et donc super amusant.

Je produis d’abord un croquis plus détaillé de mon illustration : j’ajoute les personnages, les animaux, un bref décor en fond pour situer mon action dans un parc avec des arbres et de l’herbe, la saison est chaude, les enfants s’amusent.

Ce croquis est validé du premier coup, super ! La validation se passe par email et tient lieu de go officiel pour la production. Je n’ai « plus qu’à » faire l’encrage de l’illustration – étape cruciale – puis la mise en couleur à l’aquarelle. À l’époque j’encrais au feutre indélébile fin, mais j’ai abandonné cette technique qui produisait un trait trop monotone à mon goût.

Illustration à l’aquarelle et choix des couleurs

Là encore un peu de réflexion s’impose : la couleur du toboggan est très importante, elle va occuper une grande partie de mon dessin. Comme c’est de l’aquarelle je dois choisir une couleur qui vit bien sur de grandes surfaces et qui ne soit pas trop granuleuse, elle devra également bien supporter l’ombrage. Certaines couleurs sont « allergiques » à d’autres et produiront un halo blanc ou des traces lors de l’application d’une autre teinte par-dessus. Il faut bien connaître son aquarelle avant de se lancer dans des travaux finaux comme celui-ci.

Les étapes de l’illustration aquarelle

Dans ma palette le orange réunit toutes ces conditions en plus d’être une couleur très énergisante et gaie. Toutes les autres couleurs seront choisies en fonction de cette teinte et en premier le t-shirt bleu du premier enfant : couleur complémentaire du orange elle se détache bien et initie la lecture en Z de mon image.

On commence par le garçon, puis le ballon, puis la petite fille rose, le poney et la dernière fille arrivée en bas, enfin on fait un détour par la grande fille et l’oiseau.

J’ai d’abord appliqué ma peinture en conservant les blancs des reflets (cheveux, plastique, herbe, etc.) et des réhauts de lumière. Je procède par étapes pour éviter que les couleurs se mélangent accidentellement. Je peins les éléments qui ne se touchent pas les uns à la suite des autres par exemple : le toboggan, les visages des personnages en arrière plan. Puis quand c’est sec, les personnages sur le toboggan avec d’abord la peau, les jouets, le poney, puis séchage et vêtements, etc. Enfin j’applique une ombre qui est souvent un mélange de mauve et brun, qui donne une atmosphère plus chaleureuse. Je n’utilise jamais d’ombre noire qui ternit les scènes et bouche les ombres.

Scanner et livrer l’illustration aquarelle

Une fois l’aquarelle bien sèche, je la scanne et livre 2 versions : une basse définition en jpg et 1200 px de large qui permet de valider le final et une haute def en tif a 600 dpi pour l’impression. Le poids des fichiers fait que je passe souvent par Wetransfer ou Dropbox.

La version couleur est aussi validée du premier coup, c’est une affaire qui roule, je n’ai donc plus qu’à attendre mon paiement et les exemplaires auteurs.

Notes de fin de projet

Pendant ce projet, j’avais un peu de temps et j’ai pu remplacer un autre illustrateur qui était en retard, j’ai donc également produit l’illustration sur le droit à l’éducation qui se trouve dans le livre.

J’ai appris pendant la production que un ou deux auteurs s’étaient désistés et que des articles étaient orphelins. J’ai donc recommandé un ami illustrateur que j’apprécie beaucoup dont la candidature a été validée. On trouve ainsi une illustration de Ludovic Jacqz dans le livre et elle est superbe !

 

Quel matériel utiliser pour l’aquarelle

Je vais très bientôt tester de nouvelles aquarelles artisanales, j’ai hâte de les recevoir et je ferai un compte rendu exhaustif du test de ces peintures. Voici un résumé du matériel aquarelle que j’utilise. Les liens dirigent vers les produits pour les prix et l’achat en ligne.

L’aquarelle Kuretake : des couleurs intenses

En attendant, j’utilise actuellement les aquarelles Kuretake qui sont très vives et saturées. Les couleurs sont vraiment intenses. 

Elles demandent un peu de subtilité dans leur utilisation car on peut très vite surcharger une scène et la rendre illisible.

L’encrage indélébile : DeAtramentis

L’un des problèmes lorsque l’on débute en aquarelle est l’encrage : encrer ou non, et si oui quelle encre utiliser ? Il ne faut pas que l’encre se dissolve ou bave dès que l’on met de l’eau dessus, j’utilise donc une encre indélébile d’archives. J’ai actuellement la marque allemande DeAtramentis qui est parfaite et adaptée aux stylos plumes. L’encre ne bave pas et ne se dissout pas sous l’aquarelle. Elle peut légèrement s’estomper sous la gomme mais sans modifier radicalement le tracé. Idéalement il faut gommer son trait délicatement ou utiliser une table lumineuse.

J’utilise une encre brune car je trouve le rendu plus doux avec l’aquarelle mais elle existe aussi en noir.

Pour en savoir plus sur le matériel aquarelle

Pour en savoir plus et avoir des détails sur les stylos plumes, les crayons, le papier et le matériel informatique, j’ai rédigé un article complet sur le matériel pour l’aquarelle ici. Il contient également un retour sur les tablettes Huion vs. Wacom.

Vous trouverez un autre article détaillé sur la manière de scanner les aquarelles ici.